L'actualité
La question de l'esclavage la une cette semaine en Mauritanie
Date : 30/2/1 à 15:55:00

(Mauritanie-web) - Une journe nationale de rflexion sur "les voies et moyens d'radiquer les squelles de l'esclavage en Mauritanie", un sujet qui tait tabou sous l'ancien rgime renvers le 3 aot 2005, organis par le ministre de la Justice, a t largement commente par la presse parue Nouakchott cette semaine.

A la une du quotidien gouvernemental Horizon du lundi 27 mars on peut lire : "rflchir sur les squelles de l'esclavage en Mauritanie c'est engager un dialogue dsormais ouvert pour trouver des solutions pratiques". Pour le journal, : "la journe de rflexion du vendredi 23 mars constitue une premire tape vers l'ouverture d'un dialogue srieux et fructueux sur la question".

Sur le mme sujet, l'hebdomadaire Le Calame, dans son dition de mercredi, titre "Journe de rflexion sur l'esclavage : comment tuer le monstre ?". Le journal constate qu'au cours de la journe, "les discussions ont t couronnes de succs par l'aboutissement un consensus sur une question qui a toujours
t source de polmique et mme de confrontation. L'esclavage et ses squelles sont prsents dans le pays et ils doivent tre radiqus".

Revisitant le pass, le mme journal rappelle que "le sujet tait tabou" et entour "d'une absence de volont politique d'radication et que "rien de nouveau n'est intervenu en dpit de la Constitution de juillet 1991 et du multipartisme". Le Calame expose le plan d'action adopt sur la base des recommandations formules au cours de la journe pour en terminer avec la
pratique et ses stigmates.

Le quotidien priv Nouakchott-Info du mardi 27 mars aborde aussi la question de l'esclavage et la journe de rflexion sous le titre "consensus pour une lutte sans merci contre l'esclavage".

Ce journal fait remarquer qu'au del des mots pour qualifier le phnomne, les participants la journe de rflexion sur les voies et moyens de mettre fin aux squelles de l'esclavage en Mauritanie sont parvenus un consensus sans appel : "l'esclavage existe bien chez nous et il faut engager une lutte tous les niveaux contre la pratique sous toutes ses formes".

retour
Recherche personnalisée


Accueil